††† Meus Goth †††

Ni Maître Ni Dieu... Réflexion Autour Du Mouvement Gothique - Univers sombre et intimiste

27 mars 2006

Les Valeurs du Mouvement Gothique

A toi dénommé gothique, qui te repais de ta souffrance comme d'une nourriture spirituelle et vas puiser dans le désespoir la chaleur du réconfort nécessaire à tes nuits, à toi te sont consacrées ces lignes. Qu'elles jettent désormais un peu de lumière dans l'obscurité qui est nôtre et sur les ombres qui cheminent en nos pensées.

lumieregothik Trop d'encres ont coulé en quête d'explication sur la portée et la signification du mouvement gothique, pour finalement s'essouffler en de vaines assertions, en arrivant à restreindre ses appartenances à quelques critères bien arbitraires, à l'opposé de celle que nous chérissons tous : l'ouverture d'esprit. Combien d'écrits plein de palabres à propos de vrais ou faux gothiques, ou remplis de clichés martelant dans l'opinion collective qu'être gothique devrait requérir des dispositions psychotiques ? D'ailleurs, nombre de personnes empêtrées dans un mal-être existentiel aiment nous représenter plus fébrilement que tout autre. L'expression « être gothique » déjà me gêne, comme si elle impliquait une définition, un cadre, et donc une autorité pour l'établir, une manière de contrôle. Bien au contraire : « Bienvenue à tous, qui arborez l'extravagance de l'allure et la noirceur du costume tranchant sur la pâleur du corps ! » Après tout, peut-être le nombre contribuera-t-il un jour à nous garder des comportements hostiles de ceux qui nous regardent comme un vague phénomène de bizarrerie… Mais en général, le nombre défend la norme et suit les modes, et Hécate sait comme nous n'avons d'attachement ni pour l'un, ni pour les autres.

Ainsi, il n'est nullement nécessaire d'esquisser des dessins macabres à dix ans ou de se scarifier à seize, pour légitimer son appartenance au Gothisme. Malheureusement, en partie à cause de cela, j'ai plus souvent lu des textes récapitulant ce qui n'est pas gothique, que d'autres où l'on s'est efforcé de dire ce à quoi ça peut correspondre. Je me garderai donc bien d'étoffer les premiers.

Avant toute chose, pourquoi ce choix d'une couleur omniprésente, la non-couleur comme l'appellent certains ? Cela va au-delà d'une compréhension purement mythologique : on ne s'habille pas en noir pour marquer une appartenance au Monde des Ténèbres, au Mal, à la Sorcellerie ou encore à la Magie Noire. Dans le monde actuel, on s'habille en noir comme on revêtirait une armure contre tous les cancers et les fléaux humains qui minent l'existence et la plongent dans l'adversité. Au nombre de ces maux, sont inclus sans réserve par exemple la discrimination et l'exclusion, les préjugés et les idées reçues, les doctrines et le fanatisme, le colonialisme, le profit à outrance, le rationalisme de l'ère industrielle, … Au contraire, nous défendons des valeurs telles : l'individualisme, la liberté de penser, l'émotion, la dignité humaine, l'identité culturelle, l'anti-conformisme, la distinction et le respect. La non-couleur sert de trame pour édifier de nouvelles vues, elle est propice à l'inspiration et aux arts, à la liberté de penser et à l'imaginaire. imageriedemoniaqueElle constitue un terrain vierge favorable à la créativité, oublieux des tabous et préjugés qui l'inhibent et réfrènent l'épanouissement individuel. Le noir devient ainsi le symbole de la réflexion, de la « libre pensée », en même temps qu'un refuge où s'y adonner, loin des oppressions et des machines normatives.

Son lien à l'Obscur, à toute l'imagerie démoniaque et vampirique, forme une sorte de théâtre, où le monde est mis en scène afin de lui renvoyer sa propre image par le truchement d'un jeu de miroirs à multiples facettes. L'un dit : « Vois la violence dont tu nous accables. Alors nous te la renvoyons à la face, car nous ne l'acceptons pas. » L'un dit encore : « A ceux qui sont si solidaires des normes et des idées reçues, voyez le courage dont vous avez manqué les jours où vous vous êtes rangés derrière la majorité discriminante, celle qui juge avant d'essayer de comprendre, car à cet instant où vous me regardez avec hostilité, je sais porter mon fardeau avec la conviction que je peux contribuer à ce qui est juste et serein. » Un autre dit : « Nous ne craignons pas de te provoquer, voire de te scandaliser, si scandalisé tu crois être, en espérant que cela t'incite d'une manière ou d'une autre à te poser un jour les bonnes questions sur ce que tu penses voir de tout ce qui t'environne. » Un autre miroir dit aussi : « Ouvre les yeux comme un nouveau-né, ouvre ton esprit à tout ce qui te semble étranger, analyse par toi-même, ne laisse jamais quiconque juger à ta place, et ainsi renais et vis de tes propres ressources. »

suceurdesang Nous affectionnons le mythe du vampire, car le Suceur de sang incarne cette disposition à se laisser imprégner de ses perceptions - à les boire - et à ouvrir son cœur pour ensuite les appréhender, les assimiler, s'enrichir de leur expérience et progresser. Le Démon n'est pas cette entité apocalyptique et malfaisante, vecteur de la ruine et du chaos, tel qu'il est dépeint dans les ouvrages religieux, mais bien plutôt l'adversaire d'un dieu qui, lui, sanctifie la souffrance et justifie l'acceptation de l'injustice dans l'obtention du salut universel et le partage de Son amour : « Souffrez comme J'ai souffert sur la Croix et vous vous rendrez digne de Mon amour, autant que Je vous ai prouvé le Mien par le sacrifice de Ma propre chair. » Le Démon ne croit pas qu'amour et sacrifice soient intimement liés. Au contraire, le sacrifice est rituellement lié à la peur, et cet acte ne peut donc servir de preuve d'amour. Alors que pour le Démon, la souffrance détourne l'Homme de l'amour, Dieu voit dans le carnage des champs de bataille une élévation de Sa gloire. Comme le déclarait fort bien Jean Rochefort lors d'une apparition télévisée : « Les dieux quels qu'ils soient sont des étendards à boucherie, et les siècles sont là pour nous le rappeler. » Les religions promettent aux hommes le Paradis en échange de leur participation à des tueries qui en font des monstres sanguinaires ; elles ont servi de justification à d'innombrables massacres. Ainsi, la philosophie gothique rompt définitivement avec ce mode de pensée, avec la doctrine chrétienne ; et la religion ne sera jamais pour elle que l'un des plus grands maux de l'Histoire de l'Humanité. Par ailleurs, nous méprisons l'acharnement avec lequel ces religions ont cherché à humilier la Femme et à l'exclure de toute forme de compétence et d'autorité.femmeegerieNombre d'artistes que nous affectionnons ont glorifié à travers leurs œuvres la Féminité, la partie féminine de l'univers au sens où l'entendaient les anciens païens avant l'avènement de la chrétienté. La vision de la femme est celle d'une égérie pour le triomphe de l'humanité sur un monde brutal, au-delà même des représentations héritées de l'antiquité grecque. Le Gothisme se défie du Christianisme, de n'importe quelle autre religion, et de toute forme d'obscurantisme : nous n'admettons ni dieu, ni maître.

Puisque la question ne manque jamais d'être posée, qu'est-ce qui fait la singularité de la pensée gothique, de cet état d'esprit ? La tristesse n'est pas une fin en soi, un mauvais moment à passer, dont il faut absolument se départir. Elle n'est pas vue comme une gangrène qui rongerait l'âme, mais comme une sophistication de la conscience, une dynamique interne acquise qui rassure par la façon dont nous avons appris à l'assimiler, tout au long de notre vécu. Nous pensons que la souffrance est une instance autonome de notre moi conscient, que le seul choix raisonnable soit de trouver une entente entre cette entité et nous-mêmes et de l'intégrer. Nous pouvons être plus forts si nous la rendons malléable au lieu de la subir. Son intégration est la source même de notre sombre esthétique ! Ensuite, nous ressentons également l'intensité de nos tourments comme celle d'autant d'efforts à exister, à donner une pérennité à la Vie et à l'intellect, et cette intensité, comme un lien tendu entre le monde et nous, nous fait prendre conscience d'un néant omniprésent, ouvert tel une bouche béante prête à nous engloutir. Après tout, la matière n'est-elle pas surtout constituée de vide ? C'est la conception spatiale du néant. Sa conception temporelle repose sur l'idée que la réalité tellement pénétrée de sa vraisemblance et ainsi figée dans sa propre observation en devient prévisible, et que cet état des faits nous oblige à une attente sans fin. Il est à souligner à ce propos que les membres du mouvement gothique n'espèrent généralement pas de changements importants de la société et cherchent plutôt à se distancier du rôle qu'on peut leur attribuer, tout assoiffés de liberté qu'ils sont. Par ailleurs, au sein du Gothisme, un thème est incontournable : la mort.mortcamardeNous parlons de la séduction de la mort en ce sens que nous nous la décrivons telle une grande dame impartiale, la Camarde, avec laquelle il nous faut nous habituer à cohabiter, puisqu'elle est finalement l'issue inéluctable de chaque vie. Vaincre nos appréhensions en apprenant à la côtoyer sous cet angle tend à nous rapprocher par la pensée de l'immortalité : cette attitude se veut constructive, car si elle ne nous libère pas de notre condition, à tout le moins elle permet d'accéder à une forme de sérénité. La fréquentation des cimetières cadre donc logiquement avec cette philosophie qui intègre la mort comme une composante de nos vies : la contemplation de la Fin est un moyen de mieux comprendre leur déroulement et de communier avec l'éternité de l'instant présent. Enfin, notre sensibilité est empreinte de mélancolie et de romantisme, d'une sentimentalité à la fois aiguë et douloureuse, qui trouve son écho dans un attrait certain pour la Culture, qu'il s'agisse de Littérature, d'Art, de Musique, d'Histoire, ... Le Gothisme répond à l'alchimie de tous ces éléments.

Enfin, la Musique est dans sa spécificité un élément essentiel de rassemblement et nous tissons entre elle et nous un lien tout privilégié et intime. Elle reflète nos états d'âmes et nos tourments, nos joies et nos aspirations, elle nous accompagne tout au long de nos évasions quand notre volonté de détachement l'emporte sur les contingences, nous aimons à nous laisser pénétrer par elle, qu'elle embrasse tout notre être et l'emporte ! A ce stade, on peut légitimement parler de fusion. La Musique est la compagne de nos rêveries.

Pour lire le texte complet (version imprimable au format PDF), cliquez ici.

Posté par Requiem Goth à 12:00 - Mouvement Gothique - Commentaires [30] - Permalien [#]

Commentaires

  • Vu de l'extérieur essayer comprendre quelque chose au mouvement gothique est assez compliqué. Moi même je n'en avais jusqu'à présent qu'une idée vague et brouillé par tout les préjugés que la société se fait sur ce mouvement (comme sur bien d'autres mouvement d'ailleurs). La visite de cette page (qui m'a expressément été conseillé par un ami) est intéressante. Le mouvement y'est présenté et expliqué de manière claire et précise et permet de mieux comprendre les origines du gothisme et sa pensée. C’est assez rare de tomber sur blog de cette qualité pour le souligner (combien peut-il exister de skyblog débile sur le gothisme qui sont fait par des gens certainement plus débile encore que les blogs qu'ils créent?).

    Posté par Viva Zapata, 08 décembre 2007 à 18:08
  • remerciements

    Bonjour,

    Merci d'avoir commenté mon article sur les valeurs du mouvement gothique, et d'avoir tenu ainsi tant d'éloges sur mon travail. Je suis également ravi qu'il ait pu vous apporter quelque éclairage sur le sujet.

    Au passage, il est intéressant pour moi de savoir que mon blog vous a été recommandé. S'agit-il d'un visiteur régulier ? Les internautes n'ont pas toujours le réflex de s'inscrire sur les newsletters. Toutefois, sachez qu'il en existe une pour "Meus Goth" si vous tenir au courant des dernières mises à jour vous intéresse.

    Cordialement.

    Posté par Requiem Goth, 11 décembre 2007 à 14:36
  • RIEN

    J'adore ton blog
    Il é géniale

    Posté par lucie, 14 février 2008 à 17:36
  • Bravo

    **clap clap clap**

    Un texte de très haut vol... un véritable discours de conférence, à la fois très bien écrit et très pédagogique...

    Je garde ton blog dans un coin de ma tête

    Posté par The Shadowsoul, 24 février 2008 à 13:10
  • Nice!

    Bravo,je trouve ca cool qu'on se penche sérieusement et objectivement sur les Goths,c'est fait comme il faut et claire.Je suis d'accord sur la majaurité des idées que tu avances,même si j'ai cru ressentir qu'il y avait comme une solidarité entre chaque gothiques/un groupe soudé,et la-dessus j'accroche moins.Mais ca éclaircie ma conseption du mouvement et confirme pourquoi j'y adhére.merci,je recommanderai ce blog autour de moi.bonne continuation *}

    Posté par G.G®ave†33, 13 mars 2008 à 22:41
  • Enfin... merci! un texte qui me donne la chair de poule!Merci!

    Posté par Tania, 15 mai 2008 à 17:13
  • i love to be a goth like me

    ton blog est vraiment meileure
    cool
    kiss

    Posté par miss_goth, 18 mai 2008 à 15:43
  • hier, aujourd'hui et demain

    J'ai découvert ton blog seulement hier et par hasard, et je ne peux en faire que des compliments, sincères...

    C'est vrai qu'au départ du mouvement gothique, il y avait une pluralité d'esprits venant de divers horizons et qui avaient réussi à créer une énorme dynamique musicale, intellectuelle et artistique, mais, et j'espère bien sûr me tromper, cette même dynamique à fini progressivement par s'effacer et finalement disparaitre, au moins visiblement, à force de se replier sur elle-même et de subir une une certaine érosion du temps, mais n'était-ce pas finalement une volonté au moins inconsciente des Gothiques que de passer, puis de s'effacer..
    Cela dit, je suis toujours gothique, et je prêche toujours pour ma paroisse d'adoption, même si je concède avoir trouver dans la philosophie et la psychanalyse (Ce que je suis actuellement) des valeurs et des centres d'intérêts peut-être plus proches du mouvement gothique d'origine, que les gothiques d'aujourd'hui le sont pour moi aujourd'hui.

    Pour finir je crois qu'être Gothique, c'est plus un état d'esprit, un certain art de vivre, qu'un standard musical ou vestimentaire, auquel cas ce n'est pas demain que ce mouvement risque de s'éteindre !

    Cendres

    Posté par Cendres, 03 juillet 2008 à 09:46
  • Je me faisais la réflexion en relisant ton texte, que les premiers Cyniques grecs (Antisthène, Diogène..), auraient sans doute regardé avec intérêt
    dans la direction du mouvement Gothique, car on pourrait établir un certain parallèle entre les valeurs respectives entre les deux "écoles" (j'aime pas trop le terme, mais bon..)..

    Cendres

    Posté par Cendres, 03 juillet 2008 à 09:55
  • voilà cétait pr te féliciter... j'en ai vu un peu de ton blog et cela résume bien ma façon de voir... En parlant d'Hécate, pourrais-tu m'en apprendre+
    merci

    Posté par angenoir1912, 28 juillet 2008 à 00:13
  • c émouvant

    bravo!vous avez bien choisie les mots qui peuvent non pas définir le gothisme mais le valoriser de tel façon que je me suis assurée qu'il existe des gens qui comprennent la profondeur de ce mouvement sans tomber dans la signification imposée par notre société prisonnière des préjugés .en tout je suis 1e gothique de la tunisie il'n y en a pas beaucoup de gothiques ici mais j'essaie d'en trouver

    Posté par rahmagoth, 18 août 2008 à 16:54
  • merci de m'avoir aidé à me definir

    Je ne savais pas qui j'étais réellement. Un garçon de 14 ans qui aimait le hard rock et le trash métal et qui avait ses propres convictions sur la vie et sur la mort. Un garçon habillé tout en noir dont tout le monde se moquait. un garçon qui cachait ses sentiments et dont ses amis ne savait quasiment rien sur lui. Un garçon qui a appris à vivre à l'écart des autres et qui s'enfermait dans sa chambre et qui écoutait la musique suivant l'état de ses sentiments, la colère, la joie, le desespoir,la souffrance

    Posté par Skill, 06 septembre 2008 à 19:06
  • merci de m'avoir aidé à me definir

    . Et grâce à votre site je sais qui je suis réellement. je ne sais pas si c'est ça être goth mais je pense être dans le même état d'esprit. Le plus important c'est l'ouverture d'esprit et le libre arbritre. Et n'écoutez pas les préjugés débiles.

    Posté par Skill, 06 septembre 2008 à 19:15
  • waou,,

    pour une fois,, ou je ne voit pas de defintion bidon comme koi nos scarifikation c pr satan,, sa me plait,, bone continuation

    Posté par gothika'h, 27 novembre 2008 à 18:38
  • trop bien

    j adore ce que t aecrit

    Posté par mai tokiha, 14 février 2009 à 20:05
  • ouf!

    pour une fois je ne tombe pas sur une "définition" trouvée je ne sais quel site et pi un p'tit copier-coller et le tour et joué! En plus il n'est même pas écrit qu'on se scarifie tous au nom de satan et de la "rebel-attitude"! c'est magnifique!!

    Posté par midnattsol, 12 avril 2006 à 16:25
  • love to be vampire

    tres cool ton blog cher frere je voudrais etre en sorce comme toi vampire "show-me the roles"

    Posté par martin, 12 mars 2009 à 00:41
  • NAZE

    TROP TROP MAIS TROP NUL

    Posté par lovegamemorgane, 23 mai 2009 à 12:13
  • Re: NAZE

    Développe, je te prie, de manière à ce que l'on puisse se faire une idée exacte et juste de ce qui est tout à la fois naz et nul. Fais-toi plaisir, et essaie de nous faire pitié... Tu arriveras peut-être à nous faire rire, avec de la chance, si ton verbiage se montre aussi ridicule que ton commentaire est futile.

    Posté par Requiem Goth, 25 mai 2009 à 23:53
  • Impressionnée.

    Bonjour !

    Je tenais à vous féliciter pour votre article. J'ai trop souvent entendu des stupidités sur ce " mouvement " très intéressant qu'est le gothisme.

    Personnellement, j'estime pouvoir me considérer gothique. Pourtant, je ne me maquille pas, la musique gothique ne m'est pas forcément agréable, et je ne m'habille pas de façon gothique ( Bien que le style vestimentaire me plaise énormément ! ).

    Lorsque j'en parle avec mes amis, voilà ce qu'ils répondent : " Jamais je ne consacrerais d'autel à Satan " ; " Les gothiques craignent avec leurs ceintures, vestes, apparences... " ; " Il n'y a rien de plus malsain que de vouer un culte aux créatures démoniaques et à la mort ". Bref, des stupidités.

    Peu d'entre eux comprennent ce qu'est vraiment le gothisme : Une façon de penser, de percevoir le monde. J'espère que votre article, que je leur conseillerais ( du moins aux plus tolérants d'entre eux ) leur permetteront de mieux comprendre nos convictions.

    D'autres parts, j'aimerais aussi applaudir votre qualité d'écriture. C'était très agréable à lire.

    Bien à vous.

    Sybil.

    Posté par Sybil, 18 juillet 2009 à 15:53
  • Bravo pr ton blog c'est agreable de voir que je ne suis pas la seule à écrire mes propres textes sur le mouvement gothique. Tes textes sont vraiment interessants.

    Posté par romanticgoth, 11 août 2006 à 13:23
  • Bravo pr ton blog c'est agreable de voir que je ne suis pas la seule à écrire mes propres textes sur le mouvement gothique. Tes textes sont vraiment interessants.

    Posté par romanticgoth, 11 août 2006 à 15:09
  • Les valeurs du mouvement gothique

    Eh oui quel débat que cette définition du gothisme que ce soit par les gothic, les gothik ou les goth comme certains aiment s'appeler ou se faire appeler... ton article m'a bien plu et j'aurais aimé que davantage de gens puisse avoir ce genre de raisonnement personnel, pourquoi tant d'Hommes éprouvent ce besoin d'appartenir à une communauté, combien même marginalisée parfois (cette grande foule de gothik/c revendiqués tous marginaux tous ensemble!), la crainte de la solitude...
    Pensez par vous même les gens, ou pas.
    Je garde ta page sous la main, merci encore.

    Posté par EndedDay, 02 mai 2010 à 01:48
  • Merci pour ton commentaire, "Romantic Goth", et aussi pour tes compliments. Je suis ravi de savoir que mes textes t'ont plu !

    Posté par Requiem Goth, 07 septembre 2006 à 16:05
  • amour en gothisme!

    Posté par yasso, 21 septembre 2010 à 17:00
  • Intéressante analyse du sujet

    Bonjour,
    pour commencer, avec 2ans de retard (nouvelle découverte de petit chef d'oeuvre), je répondrai à Cendres (un nom très intéressant pour moi qui adore la mythologie antique ==> Phoenix) que la musique dite "Gothique" n'est nullement en phase de déclin; comme la plus part des styles "métalliques", elle est plutôt, si je peux dire "undergroud".
    J'utilise ce terme en me référant à son sens premier, c-à-d, qui s'adresse à un public réellement intéressé (averti) & qui sait ce qu'il veut musicalement.
    Cendres, pour t'en convaincre, je te propose de visiter le site de musique gratuite "www.jamendo.com", les artistes qui y partage librement leur musique proviennent de toutes les nationalités & horizons musicales.
    En utilisant le "tag" "Gothique", tu pourras y découvrir 273 albums référencés à ce jour.
    Si tu es intéressée, laisse un post & je t'indiquerai une sélection perso qui ne manque pas d'intéret.

    Pour continuer, j'ajouterai que je me retrouve bien dans la description à ceci près que, même si je suis plutôt solitaire voire asocial, j'apprécie vivement le partage d'idées (en partant bien sûr du principe que je partage avec qui est digne d'intéret - ces personnes étant rares, je m'isole donc).

    Ceci expliquant cela, je pense en effet que si on a tendance à ne pas se diriger spontanément vers les autres, c'est justement suite à ce manque de subtance (==> déception) auquel on a l'habitude de faire face.

    Dans un sens, & sans vouloir faire de vagues ou créer de polémique, je parlerais plus d'"attitude" que de "mouvement" Gothique.
    Pourquoi ?, car justement, cette tendance à l'isolement n'est pas originellement compatible avec l'idée de mouvement.
    Mais, pourtant ...
    ... il y a cet antique adage, vous savez bien, celui
    qui disserte à propos des ressemblances.

    Posté par nbt, 08 octobre 2010 à 22:45
  • Alors...

    Très très bon article. J'ai vu des psy essayer de soigner des "gothiques" (et oui) qui sont d'ailleurs les mêmes essayant de soigner des homosexuels (ca existe encore).
    Ce que je regrete c'est le manque d'union pour combattre les préjugés, a quand une véritable "asso" pour luter contre la connerie des jugements abritraires et atifs envers ceux qui sont, probablement, les premiers sur le front de la liberté de pensée ?

    Posté par darkpinguin, 23 décembre 2010 à 15:38
  • Mon avis

    Je suis bien d'accord avec toi pour une chose: le gothique est probablement le libre-penseur moderne, mais attention, se proclamer gothique en se calquant à une forme de philosophie pré-établie est contradictoire à l'essence même de la libre pensée. Donc, selon moi, peu sont vraiment gothique se proclamant ainsi, et beaucoup le sont sans pour autant en revêtir les 'couleurs'.
    Il est vrai qu'une attirance envers la 'mode gothique' et la musique du même nom tend à faire la quasi unanimité, mais je ne crois pas qu'on puisse cataloguer concrètement les gens de gothiques dans toute l'essence d'une personnalité.

    Étant moi-même attiré depuis mon jeune âge par tout ce qui est mystérieux, différent ou obscur; j'ai passé par une phase de questionnement à l'adolescence. Je me demandais quels étaient mes gouts, mes réelles valeurs et non celles dictés par la société. Ainsi, j'ai pris l'audace d'agir selon mes aspirations qui étaient souvent en opposition avec la pensée conforme de la majorité.

    J'ai ainsi décidé de revêtir le noir, d'écouter de la musique gothique et metal, d'agir en autodidacte, en anti-conformiste, d'assumer ma bisexualité et de cultiver mon androgynie, de chérir mon idéal de devenir artiste de profession (bien contre l'avis de mes parents) et de porter fièrement le pentagramme, étant wiccan.
    Je ne crois pas que ces choix sont principalement associés au gothisme, sinon pas du tout, néanmoins, la philosophie du gothisme m'apporta la force d'affronter la discrimination et me faire accepter pour qui j'étais vraiment, derrière le voile.

    Gothisme est trompe-l'oeil plus souvent que l'on ne le crois. On prends pour acquis ce mot, mais au bout du compte, parlons-nous d'avantage d'un condensé entre romantisme et marginalité? J'ai bien peur que oui. Les seuls vrais Goth sont disparus au cours du moyen âge: les Wisigoth et les Astrogoth.

    Quoi qu'il en soit, en vieillissant cette même optique m'as permis d'assumer pleinement qui j'étais vraiment et d'apprivoiser la mort, ou du moins l'idée que la société m'avait donné d'elle. Le gothisme as ouvert mes horizons vers le monde extérieur en cultivant mon indépendance, ne pas confondre indépendance et agoraphobie. Cette même philosophie, qui est différente pour tous et chacun, reflète pour moi la fierté d'être marginal libre-penseur, d'être une personne ouverte d'esprit; sophistiqué sans être matérialiste, cultivé en restant modeste, d'être réaliste envers la vie sans être pessimiste.

    J'ai souvent entendu parlé que le mouvement était en quelque sorte une déclinaison du mouvement hippie au travers de la survivance du punk, d'une certaine optique, je trouve que cela a beaucoup d'allure et de sens.

    Ne devrions-nous pas justement militer d'avantage en tant que mouvement, la cause de l'écologie, ou bien de la tolérance culturelle, raciale, sexuelle ou spirituelle? Ces valeurs sont adoptés par une grande partie des gothiques, de près ou de loin. Outre l'intérêt commun pour une mode et une musique, le gothisme pourrait vraiment devenir un mot: le phare d'un mouvement qui revendique des idées nouvelles ou longtemps et encore restées taboues. D'ailleurs un grand nombre de membres de notre 'culture alternative' sont des gens très respectables: médecins, informaticiens, artistes, psychologues.

    En provoquant nous suscitons la réflexion et grâce à la noirceur la lumière surgit de mille feux. Pensons-y.

    Posté par Samael Clayman, 14 janvier 2011 à 06:50
  • cool

    Je m'interesse au Gothisme depuis peut.
    Grace à vous,j'ai compris beaucoup plus de choses qu'avant part apport au Goth.
    Je me suis bien souvent enervé pour rien dans la vie à force de penser que celle-ci était injuste alors que la seule injustice est celle que nous créons chaque fois que l'on se ferme.
    Nous pouvons effeptivement faire de notre tristesse une force comme je le fait déjà en me servant de ma propre tristesse lorsque je vais mal.
    Je me souviens bien souvent dans les situations délicates des personnes proches qui nous ont quittée et à cet instant-ci,je sens une force m'envaïr,car pour moi ils sont toujours là,à chaque instant que bat mon cœur.

    Posté par lol, 06 février 2012 à 12:41
  • En nos vues communes ...

    Très cher camarade de l'ombre, je suis heureux d'avoir trouvé ton texte. Cela apporte une formulation claire aux yeux des mortels à la noirceur et l'élégance qui nous fascine. Combien de fois aurais-je pu entendre que la fascination du mal et de la mort ne pouvaient que s'auto-référencer ! Ton texte met en avant l'aspect le plus caractéristique de notre existence : la mentalité. Je te remercie de couper court à beaucoup d'a priori, sans pour autant te voiler la face sur cette mélancolie habitant nombre d'entre nous ...

    Néanmoins, je ne suis pas d'accord sur tout : le rapport à la religion chrétienne que tu évoques ne me parait plus justifié, comme coupant court avec une mentalité qui pronerait la douleur, etc. car tu te base sur un acquis sur les croyants, et cependant tu admets que la diversité est la clé de ce même mouvement ! Être chrétien ET gothique tel que je le vis n'est pas contradictoire, mais apporte une double réflexion sur le problème du mal, de la souffrance et de la Mort. En revanche, la seule condition de cohérence est que point de vue de la foi et celui que nous nous forgeons se répondent mutuellement, afin de ne pas nous laisser comme des êtres stériles, incapables de faire évoluer leur mentalité. Et contrairement à ce que certains pourraient dire, évoluer dans la foi n'implique pas de la perdre un jour. Le Christ était un marginal, qui emmerda tellement les religieux de l'époque qu'ils décidèrent de le mettre en croix. Voilà ma vision, voilà un petit peu de ma vie ...

    Posté par Elegiast, 16 mars 2016 à 20:34

Poster un commentaire